Le moment présent

On en a tous déjà entendu parler. On sait qu’il existe, qu’il est réel. On l’a effleuré un peu, parfois, de temps en temps. On essaie de l’attraper, souvent, de l’arrêter, de l’amadouer. Mais il glisse entre nos doigts trop avides, pas assez conscients. Comment le cerner, alors, et l’immobiliser, le moment présent?


Comme tout ce qui existe dans cette dimension, le moment présent est impermanent. Reconnaître la réalité de l’éphémérité rend tout, absolument tout, plus précieux, plus rare, plus inestimable. Réaliser que maintenant, n’est et ne sera jamais figé est le premier pas dans la danse de la pleine conscience. Car oui, apprivoiser le moment présent propulse notre conscience à l’avant-plan et la déploie sans que grand chose ne puisse ensuite l’arrêter. Vivre dans le moment présent c’est goûter pleinement à ce que l’univers a à nous offrir. C’est avoir les yeux, le coeur grands ouverts et accueillir la réalité, notre réalité sans jugement, sans peur…


Mais s’il est si volatile, le moment présent, pourquoi, alors, est-il si important? Pourquoi quantité de sages, anciens et modernes, en ont parlé et l’ont mis sur un piédestal que même une pandémie mondiale ne rêve de détrôner? Parce qu’il est tout ce qu’on a. Ici et maintenant, c’est absolument tout ce qu’on a. Pour évoluer, pour créer, pour aimer, pour vivre… Le présent et tout ce qu’il nous apporte, est l’unique cadeau qui vaille la peine d’entretenir, de chérir, de cajoler. Nous pouvons pleurer ou regretter un passé qui n’est plus, ou attendre avec impatience ou avec inquiétude un futur qui n’est et ne sera jamais garanti. Mais il faut par-dessus tout, regarder la réalité, notre réalité, en face, et accepter que le passé n’est qu’un moment présent qui n’existe plus et le futur un moment présent qui n’est pas encore.


Le passé et le futur sont des créations de notre imaginations. Seul le moment présent est.

Quand la nostalgie de moments passés ou la peur de moments futurs nous envahissent, il est bon de se le rappeler. Quand un tourbillon noir foncé d’actions jadis posées revient nous prendre à la gorge, nous hanter, revenir à la réalité d’ici et maintenant peut nous sauver… la vie, presque! Quand l’anxiété de ce qui s’en vient s’accumule au fond de notre coeur, de notre ventre, ramener notre conscience ici et maintenant peut aider à dénouer les noeuds, et laisser l’air circuler plus librement et nourrir tout notre être. Avoir le système nerveux en constant état d’alerte, prêt à s’élancer (physiquement et/ou mentalement) hors de ses gonds déjà mal ancrés ne peut que causer du tort. À nous-mêmes, à notre santé, mais aussi à notre entourage.


Pas mal plus facile à dire qu’à faire, appliquer l’abandon au moment présent, je suis la première à en convenir. La première étape est certainement de réaliser l’existence de ce fameux m.p. et d’en accepter toute la valeur. Une fois la théorie intégrée, de petites étincelles de moment présent nous illumineront naturellement en plein visage. Comme une pluie de confettis à saveur de coucher de soleil et de premiers flocons de neige. Ensuite, on peut en créer nous-mêmes, de ces petits éclats de présence en prenant le temps de s’immerger complètement dans la présence de ce qui est ici et maintenant. En prenant quelques respirations pleinement conscientes, par exemple, ou en admirant la beauté d’un paysage, d’une personne, ou en s’absorbant totalement dans une lecture passionnante ou une recette complexe, ou en perdant le fil du temps dans une activité physique qui nous fait sentir vivant… La clé du moment présent n’est pas d’essayer de le retenir ou de se juger pour ne pas y arriver, mais de faire taire nos cerveaux hyperactifs qui aiment s’imaginer une vie passée et future, même quand celles-ci nous apportent noirceur, peur et amertume.


Et si le moment présent était trop terrible, trop anxiogène, si, oh je ne sais pas, il y avait une pandémie qui planait sur le monde entier, par exemple, ne serait-il pas impossible de ressentir la réconfortante lumière du moment présent? C’est certain que quand il se transforme en nuage sombre, le ici et maintenant peut devenir encore plus insaisissable, ou même épeurant. On souhaiterait qu’il soit différent, moins noir, plus lumineux… Il n’est pas question d’ignorer la noirceur ou encore moins de la renier, mais d’accepter qu’elle fait partie du moment présent, et comme tout, elle est éphémère. En prenant le temps de fermer les yeux, de relaxer nos muscles contractés par le stress, la peur, il est possible de faire voyager notre esprit de notre cerveau anticipateur du pire, vers notre coeur créateur du mieux.


Est-ce que mes besoins de base sont comblés?

Qu’ai-je ici maintenant, pour être reconnaissant?

Que puis-je faire pour cultiver ma lumière?


Bien sûr, tout ça n’est pas évident, ni réalisable en un claquement de doigt. Ça demande de la pratique, de la patience, de la compassion envers soi-même que d’entretenir les pousses fragiles de l’instant présent. Il est aussi bon de se rappeler qu’il n’y a pas de lumière sans noirceur. Et la lumière est là, toujours, même dans les recoins les plus sombres de nos pensées, même à travers le brouillard épais de la situation actuelle. Elle est là. Il suffit de la chercher.


Câlins

Andy L.


#momentprésent #pleineconscience #presentmoment

  • Grey Instagram Icon
  • Grey Facebook Icon
  • YouTube

© 2018 Fièrement créé par Andy L. avec Wix.com