Oser changer.

Les choses changent. Nous changeons tous. La vie au complet change. Le changement, c’est nécessaire, c’est la base de l’évolution. Que nous le voulions ou non, que nous le réalisions ou non, nous sommes au coeur d’une révolution planétaire qui change et changera, nos façons de faire et d'interagir entre nous, humains, mais aussi entre toutes les composantes, les chaînons, de cette immense toile qu’est la Terre.


Peut-être en prenez-vous conscience depuis quelques mois, avec la pandémie qui nous met un peu (beaucoup, passionnément) au défi, mais nous sommes tous interreliés! Chaque créature, chaque arbre, chaque pierre, chaque humain est connecté l’un à l’autre, à travers cet immense champs magnétique qui nous relie TOUS à notre Terre Mère. Le bonheur d’un est le bonheur de l’autre, le malheur d’un est aussi le malheur de l’autre, ultimement. Des frontières physiques ont beau être érigées et des règles, des lois, des traditions et une culture ont beau être instaurées et défendues, le bonheur, l’amour, le malheur et la maladie ne les connaissent pas!


Nous avons besoin de changement. Notre bleue planète a désespérément besoin de changements.


Ça fait peur, tout ça, la pandémie, oui, mais aussi l’idée que nos vies ne puissent plus jamais être comme avant. Car, c’est ce qui nous attend, sans aucun doute. C’est ce que nous vivons déjà! Ça n’est certainement pas facile d’adhérer à des changements aussi profonds que ceux qui s’imposent. Être forcé de changer c’est aussi être forcé de se regarder dans le blancs des yeux et de réaliser que ce que nous faisions, pensions, croyions, n’est peut-être plus approprié. Bien sûr, nous avons les choix de fermer les yeux et de volontairement devenir aveugles aux signes d’alarme criant que la planète nous envoient. Le déni est un formidable mécanisme de défense pour nous éviter certaines émotions négatives ou mêmes violentes. Mais, au finale, ce n’est pas le déni de ce qui se passe au niveau planétaire qui nous fera améliorer le monde, NOTRE monde!


Oui, le changement amène sont lot de stress. La nature même de ce que nous vivons en ce moment est stressante ; des vies sont en jeu, carrément. Au-delà de la mort, au-delà des actions que nous devons et devrons prendre, au-delà de nouvelles mentalités qu’il nous faut et faudra adopter, le stress d’imaginer un monde qui ne change pas m'est immensément plus intense. Si nous ne changeons pas, cette pandémie ne s’évaporera certainement pas comme par magie et elle ne sera certainement pas la dernière. Si nous ne changeons pas, ce sont encore davantage de vies qui seront enlevées.


Il est difficile de changer, évidemment. Notre résistance à sortir de ce que nous connaissons est une des caractéristiques humaines que bien des gens partagent. Nous sommes confortables dans notre cocon douillet, à regarder les mêmes médias d’information, en mangeant la même nourriture et en visitant les mêmes commerces. Beaucoup d’entre nous sommes immensément privilégiés sans même nous en rendre compte! Certains humains vivent dans des conditions terribles, ou réfléchir au changement n’est même pas une option. Nous qui sommes, la plupart, remplis de privilèges et qui avons la possibilité, les moyens, les informations pour changer, avons le devoir de le faire, je pense.


La clé du changement, c’est d’avoir une raison assez bonne, assez valable, assez puissante pour nous motiver à nous mettre en marche vers… un monde meilleur, en fait! Cette motivation intrinsèque doit provenir d’une puissante émotion, la compassion par exemple, ou l’amour. En ouvrant grand nos yeux pour voir, réellement voir, ce qui se passe sur la planète, peut-être pourrons-nous laisser la compassion guider nos futures actions? La compassion pour les autres humains, oui, mais aussi pour les futures générations et pour tous les autres êtres vivants qui peuplent et peupleront notre planète, notre maison! Quand nos actions sont menées par la compassion, il n’y a que de la lumière qui peut en émaner.


Comment opérer un(des) changement(s), alors :

  1. Réaliser le(s) problème(s). Observer. Prendre conscience.

  2. Laisser les puissantes vagues de l’amour et de la compassion nous envahir (aka pleurer, crier, s’insurger, s’attrister...).

  3. Transformer ces intenses émotions en étincelles de positivisme qui nous donnent envie de faire changer les choses.

  4. Se renseigner sur le(s) problème(s) et surtout, sur les façons possibles d’y remédier, ou d’améliorer la situation.

  5. Entreprendre des actions qui s’alignent avec nos objectifs, lentement mais sûrement, un pas à la fois, mais toujours dans la même direction.


Finalement, se rappeler que nos actions ONT des répercussions, près et loin, parce que nous sommes TOUS interreliés. Tous.


De quels changements avons-nous le plus besoin, pensez vous?

J’ai hâte de lire vos opinions et idées!

Câlins,

Andy L.


  • Grey Instagram Icon
  • Grey Facebook Icon
  • YouTube

© 2018 Fièrement créé par Andy L. avec Wix.com